Archive

Archive for décembre 2013

Top 10 des films de 2013

23 décembre 2013 5 commentaires

Le 31 décembre approchant, il est temps de faire le bilan de l’année ciné écoulée et de vous livrer mon top 10 des films ayant marqué 2013, forcément subjectif.

N’hésitez pas à participer et à voter en bas de l’article pour votre film préféré de l’année !

1.Gravity d’Alfonso Cuaron

gravity-movie-poster-piwithekiwi.blogspot.fr

Pour cette grosse claque visuelle et la maestria de la mise en scène du réalisateur mexicain. Un film planant aux images renversantes et un suspense qui ne vous lâche pas.

2. Mud de Jeff Nichols

Mud-affiche-350x466

Superbe récit initiatique, une sorte de mélange entre Tom Sawyer et Stand by me, Mud revisite le mythe américain de la plus belle des façons et s’impose comme l’un des meilleurs films sur l’enfance. Et un Matthew McConaughey au meilleur de sa forme.

3. Cloud Atlas d’Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer

images

Formellement impeccable, résolument moderne et incontestablement singulier, Cloud Atlas frappe par sa puissance narrative et son originalité et marque le retour au sommet des frère et soeur Wachowski. Une ode à l’émancipation dans laquelle se mélangent les genres, les histoires et des styles dans un mix détonnant.

4. La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche

PHOTO-Le-poster-officiel-de-La-Vie-d-Adele_portrait_w532

On laissera de côté la polémique sur les rapports entre actrices et réalisateur, et cette scène de sexe controversée pour saluer cette superbe histoire d’amour. Kechiche dessine sur près de trois heures une fresque naturaliste sur la naissance et l’effritement d’une romance entre deux femmes, et l’émancipation de son héroïne impeccablement interprétée par la révélation Adèle Exarchopoulos. Le film qui tombait à pic en cette année de manifs pour tous.

5. Django Unchained de Quentin Tarantino

20366454.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Quand Tarantino se frotte au western, ça donne un divertissement brillant bien qu’outrancier, une histoire de vengeance sanglante à l’humour ravageur. Comme d’habitude la B.O. est impeccable et le casting parfait.

6. Le Hobbit : la Désolation de Smaug de Peter Jackson

Le-Hobbit-La-Desolation-de-Smaug-Affiche-Finale-YSA

Le deuxième volet des aventures du Hobbit surpasse le premier, nous offrant 2h40 d’un divertissement de haute volée, sans aucun temps mort et souvent grandiose, ce qui est d’autant plus appréciable que l’on pouvait s’attendre à un film de transition sans gros enjeu. Du grand spectacle que les geeks comme moi apprécieront.

7. L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie

affiche_inconnu_du_lac

Guiraudie convoque Eros et Thanatos pour un simili thriller sur un lieu de drague lacustre et naturiste. Un cadre naturel en scope qui offre un très bel écrin pour ce film à la fois drôle et glaçant, lauréat de la Queer Palm 2013 du festival de Cannes.

8. Prisoners de Denis Villeneuve

Prisoners

Incontestablement le thriller de l’année. Pour son premier film hollywoodien, le réalisateur d’Incendies livre un polar noir et poisseux, qui part d’un fait divers pour explorer plus profondément la psyché humaine. Fincher n’a qu’à bien se tenir…

9. Inside Llewyn Davis de Joel et Ethan Cohen

images

Superbe portrait d’un musicien errant dont la carrière se refuse obstinément à décoller, interprété brillamment par l’excellent Oscar Isaac. Grand Prix du jury au dernier festival de Cannes, Inside Llewyn Davis nous offre une variation dépressive sur la solitude de l’artiste, magnifiée par la beauté de ses plans et de sa musique.

10. Le monde de Charlie de Steven Chbobsky

20261429

Steven Chbobsky adapte son propre best-seller, « The perks of being a wallflower » (ou les avantages à se confondre avec le papier peint) et nous offre un très joli petit film sur le difficile passage à l’adulte. Un teen movie intelligent et sensible qui touche souvent très juste. La distribution est impeccable, de Logan Lerman (Charlie) à Emma Watson qu’on ne présente plus, sans oublier l’excellent Ezra Miller (révélé dans We need to talk about Kevin).

Et vous, quels sont vos films préférés ?

Catégories :critiques Étiquettes : , ,

Critique : « Le Hobbit : la Désolation de Smaug » de Peter Jackson

19 décembre 2013 2 commentaires

Le-Hobbit-La-Desolation-de-Smaug-Affiche-Finale-YSABien que le premier volet de la saga n’ait pas tenu toutes ses promesses, la faute à un démarrage plutôt poussif et un récit artificiellement hypertrophié, on était quand même impatient de voir ce qu’allait donner la suite (ou pas). Et disons le tout de suite, le deuxième volet des aventures du Hobbit surpasse le premier, nous offrant 2h40 d’un divertissement de haute volée, sans aucun temps mort et souvent grandiose, ce qui est d’autant plus appréciable que l’on pouvait s’attendre à un film de transition sans gros enjeu.

La (trop) longue introduction du premier opus étant passée, l’action peut enfin commencer et Peter Jackson ne perd plus son temps. Bilbo Baggins, Gandalf et ses 13 compagnons nains s’engouffrent dès le départ dans une sombre et mystérieuse forêt peuplée d’araignées géantes tueuses et d’Elfes assez peu hospitaliers. L’occasion de nous offrir des scènes assez vertigineuses et une séquence d’évasion dans des tonneaux d’anthologie, qui nous prouve que Jackson en a décidément toujours sous le capot quand il est question de mise en scène. L’affrontements entre Elfes et orques est toujours aussi efficaces, les flèches fusent dans tous les sens, tous comme les tonneaux remplis de nains, pour notre plus grand plaisir.

Le-Hobbit-La-Desolation-de-Smaug_portrait_w858

Côté casting, on est un poil surpris de retrouver un Legolas qui semble avoir un peu enflé (Orlando Bloom a pris un petit coup de vieux en 10 ans), et plutôt charmé par l’apparition de Tauriel (Evangeline Lilly), une Elfe sylvestre inventée par Jackson (les inconditionnels de Tolkien hurleront sans doute) qui contre toute attente en penche plutôt pour un nain assez beau gosse – j’ai nommé Kili (Aidan Turner).

Le-Hobbit-La-Désolation-de-Smaug-Photo-05

Ce n’est d’ailleurs pas la seule entorse au matériau original (Bilbo le hobbit, un « petit » roman comparé aux trois tomes du Seigneur des anneaux) puisque Jackson et ses coscénaristes Fran Walsh et Philipa Boyens intègrent à cette quête une confrontation entre Gandalf et le spectre de Sauron, histoire de faire le pont entre la saga du Hobbit et celle du Seigneur des Anneaux. Du côté des Hommes, l’archer Barde (Luke Evans, aperçu dans Tamara Drew de Stephen Frears) dont l’ancêtre avait failli à tuer le dragon quelques dizaines d’années auparavant, s’avère aussi charismatique qu’un Aragorn, à l’instar du chef des nains Thorin (Richard Armitage).

21061859_20131128151221026.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Tout comme L’Empire Contre Attaque ou Le Parrain II, Le Hobbit : La désolation de Smaug prouve qu’on peut faire une suite plus sombre, plus dramatique et plus prenante que son épisode initial, et nous replonge dans les décors sublimes de la Terre du milieu, toujours aussi riche en personnages hauts en couleurs, monstres en tout genre, et paysages hallucinants. Parmi le bestiaire déjà bien fourni, on retiendra bien sûr le dragon Smaug, dont il est question dans le titre. Interprété brillamment par le britannique Benedict Cumberbatch à qui il prête sa voix – et qui retrouve pour l’occasion son collègue Martin Freeman (qui interprète son ami le docteur Watson de la série Sherlock) – ce monstre énorme nous offre une confrontation finale terriblement prenante, qui nous laissera véritablement sur notre faim.

Le Hobbit : La desolation de Smaug – Bande… par Lyricis

Final cut 2013 : retour sur les films de l’années en 8min30

10 décembre 2013 Laisser un commentaire

Ça y est, le mois de décembre est déjà entamé.

L’occasion de voir fleurir sur la toile les traditionnels mashups des films de l’année écoulée.

En voici un premier – Final cut 2013 – qui retrace en 8 minutes et 30 secondes les films qui auront marqué l’an de grâce 2013, principalement outre-atlantique, mais pas que… (une certaine Adèle fait partie du lot).

Enjoy!

 

 

Catégories :divers Étiquettes : ,