Accueil > divers > Critique : « Iron Man 3 » de Shane Black

Critique : « Iron Man 3 » de Shane Black

affiche iron man 3Après l’immense succès au box-office des Avengers, Tony Stark (Robert Downey Jr)  reprend du service sous le costume d’Iron man pour un troisième long-métrage, probablement le plus drôle et le plus rythmé de la saga, et sans conteste supérieur aux aventures en solo de ses collègues super-héros que l’on a pu découvrir ces dernières années (Thor, Captain America…).

Le scénario, même s’il ne renouvelle absolument pas le genre et reste assez con con, – un superhéros vs un bad guy qui s’en prend à son entourage, puis affrontement final et clap de fin – réserve néanmoins quelques bonnes surprises en débarrassant quasiment d’emblée l’homme de fer de ses joujoux mécaniques high-tech pour l’abandonner livré à lui-même au milieu de nulle part. En ce sens, c’est plus à l’homme sous la machine qu’à la machine elle-même que Shane Black, qui remplace Jon Favreau derrière la caméra, a choisi de s’intéresser.

IRON MAN 3

Pris pour cible par un terroriste qu’il a juré de buter, Tony se fait défoncer la tronche et accessoirement sa maison en bord de mer avec tout son attirail de guerre dès le début du film (dans une scène assez spectaculaire d’ailleurs). Un grand méchant, le Mandarin  (Ben Kingsley, excellent comme d’habitude), avatar de Ben Laden version occidentale, qui nous renvoie plutôt intelligemment à notre époque post-11 septembre qui mêle à la peur du terrorisme sa mise en scène télévisée. Il nous offrira également un twist assez drôle et plutôt bien amené, mais pas la peine de spoiler.

Ironman-3

Il faut dire que Tony Stark n’a rien perdu de sa « coolitude » et enchaîne les vannes comme il collectionnait les conquêtes avant de se caser avec Pepper Pots (Gwyneth Paltrow), dont le personnage s’étoffe enfin. Toujours aussi mégalo et obsessionnel avec ses jouets au début du film, il est plutôt jouissif de le voir se retrouver « à poil », obligé de se démerder avec un attirail sorti tout droit de Casto pour s’en prendre à un scientifique psychopathe (Guy Pearce) et à son armée de gros bras quasiment indestructibles. On passera sur l’épisode post traumatique et les crises d’angoisse qu’il subit depuis son affrontement avec les aliens d’Avengers, qui vient grossir le trait de la vulnérabilité du héros (on aura compris), pour se laisser convaincre par le côté fun et spectaculaire de ce troisième opus, qui s’achève dans un feu d’artifice pyrotechnique plutôt impressionnant à qui la 3D n’apporte, comme souvent, rien.

 

Publicités
Catégories :divers
  1. 3 mai 2013 à 14:55

    Tout pareil !

  2. 3 mai 2013 à 20:25

    Je partage ton avis et ton enthousiasme en tous points.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s