Accueil > critiques > Critique : « Ted » de Seth McFarlane

Critique : « Ted » de Seth McFarlane

Le pitch avait de quoi laisser dubitatif : un trentenaire qui vit toujours avec son nounours Ted, doté de la parole suite à un vœu prononcé à l’âge de 8 ans par son propriétaire. On aurait même pu craindre un film tout plein de guimauve et de bons sentiments.

Mais, même si bons sentiments il y a, c’était sans connaître l’auteur de cette comédie irrévérencieuse. J’ai nommé Seth MacFarlane, créateur des séries animées Les Griffin ou encore American Dad, petits bijoux d’humour noir un peu trash, qui se glisse aussi sous la peau du personnage en lui prêtant ses gestes et sa voix.

Car Ted est tout sauf une comédie familiale. Il faut préciser que ce teddy bear, meilleur ami de John Bennett (Mark Wahlberg) depuis l’enfance, est à la fois pochtron, porté sur la beuh, les prostituées et les blagues bien sales. Pas facile dans ces conditions pour John de devenir adulte, coincé entre un job minable de loueur de bagnoles et un colocataire en peluche libidineux. Alors forcément, au bout d’un moment, sa petite amie Lori (Mila Kunis), qui aimerait bien que son mec grandisse, n’en peut plus. Un soir, alors que le couple était parti fêter ses 4 ans, ils retrouvent dans l’appartement Ted accompagné de 4 prostituées, dont l’une a osé poser sa pêche en plein milieu du salon. La goutte d’eau pour Lori qui somme son mec de virer Ted de leur appartement. John doit alors choisir entre bromance et romance, sorte de parabole sur l’entrée dans l’âge adulte.

L’une des principales réussites du film tient dans ce décalage fabuleux entre l’aspect trognon de l’ourson et son vocabulaire et comportement de charretier. Prétexte à de nombreux gags et scènes toutes plus hilarantes les unes que les autres, le postulat de départ est très bien exploité par MacFarlane qui ose faire faire et dire presque tout à Ted, avec un débit et un abattage impressionnant. Un côté trash et transgressif qui fait vraiment plaisir à voir, notamment quand on voit l’ours en peluche qui n’hésite pas à s’en prendre à un enfant tortionnaire en puissance. Il faut aussi saluer l’extra-ordinaire travail des animateurs et de Seth MacFarlane lui-même qui ont réussi à rendre crédible cet ours qui parle et qui vit, et qui nous ont également offert une scène de « bear-fight » tout simplement démente !

Plein de références à la culture pop des années 80, le film réveillera aussi sans mal une certaine nostalgie chez la génération des 25-35 ans, notamment grâce à une séquence déjà culte avec Sam Jones de la kitschissime série Flash Gordon. Si on pourra regretter au final le fait que le personnage de Mila Kunis soit un peu releguée au second plan et qu’on devine très bien comment tout va se finir (comme dans toute romcom), difficile de bouder son plaisir devant un film  aussi efficace, qui n’a pas volé son titre de comédie américaine de l’année.

 

Publicités
  1. 12 octobre 2012 à 21:27

    D’accord avec toi sur toute la ligne!

  2. 14 octobre 2012 à 22:57

    Oui, critique très juste sur le film, on partage tout à fait cet avis ! 🙂
    http://gowith-theblog.com/ted-le-film-seth-macfarlane/

    Aucune raison de bouder son plaisir devant TED qui réunit tous les ingrédients d’une excellente comédie, ose un humour décapant, et tu as raison aussi de souligner le bon boulot réalisé pour animer ce personnage !

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s