Accueil > critiques > Critique : « Dans la maison » de François Ozon

Critique : « Dans la maison » de François Ozon

Deux ans après « Potiche », une comédie féministe et colorée dans laquelle il s’amusait à transformer Catherine Deneuve en femme foyer reprenant la culotte (et l’entreprise) de son mari despotique incarné par Fabrice Luchini, François Ozon convoque à nouveau le comédien pour un film complètement différent : « Dans la maison ». Il y donne cette fois la réplique à un jeune acteur, Ernst Umhauer, qui devrait faire parler de lui.

L’histoire ? Celle de Germain (Luchini), professeur de français dans un lycée, qui découvre le talent inné d’un de ses élèves pour écrire, après avoir demandé à sa classe une rédaction sur le thème de ce qu’ils avaient fait durant leur week-end. En se lançant dans un feuilleton décrivant la vie de famille d’un de ses camarades, Claude Garcia (Umhauer) attire l’attention de son maître désabusé après des années d’enseignement. Désireux de connaître la suite de cette rédaction (achevée par un « à suivre… »), dans laquelle il croque son camarade et sa famille de manière très sarcastique, Germain décide de l’encourager dans l’écriture et de le pousser à poursuivre la description crue et ironique de la maison et de ses habitants : Esther (Emmanuelle Seigner) parfaite en maîtresse de maison qui s’ennuie, Rapha (Denis Ménochet) en employé maltraîté un peu beauf, et Rapha fils (Bastien Ughetto), à qui Claude donne des cours de mathématiques pour s’infiltrer au sein du foyer.

Une histoire que lit également au fil des jours la femme de Germain (Kristin Scott Thomas), qui prévient son mari dès le départ de se méfier de ce garçon étrange aux écrits et à la démarche malsaine. Mais, comme happés par le processus créatif qu’ils ont initié, le maître et l’élève déclenchent bien vite ensemble une série d’événements qui pourraient bien mal tourner. En jouant sur le voyeurisme et la transgression, François Ozon parvient à la fois à créer un suspense simple mais très efficace, résumé dans cette réplique : « que va-t-il se passer ? », et à nous proposer une réflexion fascinante sur la littérature et la création. Claude est en effet à la fois acteur et metteur en scène de son roman. Il écrit ce qu’il vit, et guidé par son professeur, décide des événements qui vont se passer dans la maison. Si bien qu’on prend vite peur de ce qu’il pourrait être capable de faire subir à cette famille pourtant bien réelle. Jusqu’où il pourrait aller afin d’écrire l’histoire ultime ?

En mélangeant fiction et réalité, Ozon parvient à rendre cette histoire dans l’histoire trouble et fascinante. Ce que n’a pas manquer de noter le jury de la Fédération internationale de la presse cinématographique lors du prestigieux festival de Toronto qui a récompensé le film «pour la réalisation d’un spectacle délicieusement conçu qui brouille la distinction entre le conteur et l’histoire racontée, qui calme avec une complexité espiègle les tragédies de la vie avec les consolations de l’art ».

Un film qui brille aussi par la drôlerie et l’ironie de ses dialogues et de ses situations, et par son casting impeccable. Excellent dans le rôle de l’adolescent manipulateur à la gueule d’ange mais aux intentions douteuses, Ernst Umhauer parvient même à tenir la dragée haute à un Luchini tout aussi bon dans son rôle, tantôt désabusé, tantôt plein d’enthousiasme, et très vite impressionné par le jeune homme qu’il pensait naïvement aider. Son charme vénéneux crève l’écran…

Bref, « Dans la maison » est un très bon Ozon, à ne surtout pas manquer !

Publicités
  1. 5 octobre 2012 à 18:36

    Je ne sais pas pourquoi, mais je ne suis plus trop tenté par le cinéma de Ozon…

  2. 5 octobre 2012 à 18:57

    ça se comprend, il fait des choses très inégales, j’aime pas toujours. Mais ce film là j’ai vraiment accroché

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s